Se reconstruire après un deuil: conseils

Vous avez récemment perdu un parent, votre moitié, un frère, une sœur, l’un de vos grands-parents, un enfant ou encore un(e) ami(e) qui vous était cher/chère? Perdre un proche, quel qu’il soit et qu’importe le moment, constitue toujours une étape difficile à traverser. En pareil cas, c’est tout un pan du monde qui s’écroule, qui part en fumée pour ne jamais revenir. Le temps peut aller jusqu’à s’arrêter. Plus rien n’a alors d’importance tant le chagrin et la douleur sont immenses, intenses. Reste qu’il faut avancer. Se reconstruire, bien que compliqué, demeure toutefois indispensable. Voici quelques pistes pouvant vous aider à y parvenir. 

Pleurez

En période de deuil, inutile de réprimer vos émotions. Pleurez: vous en avez le droit. Pleurer n’a rien de honteux. En pareil cas, pleurer s’avère d’ailleurs nécessaire. Laissez couler vos larmes, acceptez les aides qui vous sont proposées et retenez qu’il n’y a strictement rien d’embarrassant à saisir une main tendue ou à montrer une faiblesse.

Dans les moments tels que ceux-ci, pleurer signifie prendre conscience, accepter pour, plus tard, avancer.

Acceptez

Après le choc vient l’acceptation. Si un part de déni, de refus de la réalité, peut survenir immédiatement après l’annonce ou la découverte de la terrible nouvelle, elle ne tarde toutefois pas à laisser place à la raison. Raison qui apaise quelque peu le chagrin, sans toutefois l’effacer complètement.

Car l’acceptation, c’est se rendre compte que plus rien ne sera jamais comme avant, que les temps anciens sont révolus, qu’il est maintenant temps de tourner la page pour faire place à une nouvelle.

Avancez

Accepter n’est pas oublier. Il ne faut pas vous culpabiliser de « passer à autre chose ». Ainsi va la vie, et heureusement d’ailleurs.

Celle-ci fait en sorte que la douleur s’estompe petit à petit, même s’il est fort probable qu’elle ne s’en aille jamais vraiment. Une chanson, un souvenir, un lieu, un objet, pourra, un jour ou l’autre, vous piquer le coeur.

L’essentiel est de parvenir à avancer coûte que coûte. Si vous n’y parvenez pas seul(e), n’hésitez pas à en parler à un proche, voire à un professionnel du métier. Certains services de pompes funèbres à Stavelot se trouveront être particulièrement à votre écoute mais il vous est tout à fait loisible de consulter un psychologue au besoin!

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.