Fertilité: PMA et GPA, quelles différences?

GPA: définition

GPA est l’abréviation de gestation pour autrui. La gestation pour autrui consiste en une technique de procréation durant laquelle une femme, appelée pour l’occasion « mère porteuse », porte, comme le nom l’indique, le futur enfant d’un couple dont elle ne fait pas partie. Interdite en France, la gestation pour autrui est pourtant tolérée en Belgique, dans la mesure où il n’existe, à l’heure actuelle, pas de cadre légal clairement défini en la matière.

Les couples ayant recours à la gestation pour autrui présentent généralement des problèmes de fertilité.

Il convient toutefois de distinguer GPA et PPA. On parle de GPA ou gestation pour autrui lorsque l’ovule fécondé appartient à la future mère et non à la mère porteuse. En revanche, il convient d’utiliser le terme PPA ou procréation pour autrui lorsqu’il n’est pas question d’un apport d’ovule. Les couples composés de deux hommes sont généralement ceux qui choisissent de se tourner vers la PPA.

La gestation et procréation pour autrui font aujourd’hui vivement polémique puisqu’il est une inquiétude concernant une possible marchandisation du corps humain. Le procédé, selon les dires de certains, contribuerait également à nuire l’existence d’un lien entre gestatrice et bébé.

PMA: définition

La PMA désigne la procréation médicalement assistée. La pratique porte également un second nom: l’assistance médicale à la procréation (AMP).

La procréation médicalement assistée consiste en la manipulation de gamètes, qu’il s’agisse de spermatozoïdes ou d’ovocytes, dans le but d’aboutir à une fécondation.

Les candidats à la procréation médicalement assistée, vous vous en doutez, sont principalement des couples qui éprouvent des difficultés à procréer naturellement. Toutefois, elle peut également être utilisée lorsque l’un des membres du couple est porteur d’une maladie grave susceptible d’être transmise à l’enfant à naître.

L’insémination artificielle (insertion manuelle des spermatozoïdes au sein du col de l’utérus) et la fécondation in vitro (fécondation d’un ovule au sein d’une éprouvette, ovule qui est ensuite ré-intégré dans l’utérus) sont deux méthodes taxées du terme « procréation médicalement assistée ».

Si la PMA est autorisée en Belgique, elle est soumise à de lourdes restrictions en France.

GPA ≠ PMA

GPA et PMA sont à la fois différentes et liées. En effet, s’il s’agit de deux pratiques distinctes, reste que la procréation médicalement assistée est utilisée dans le cadre de la gestation pour autrui puisqu’il est question de manipulation de gamètes.

La fertilité masculine et féminine

Si la fertilité (masculine ou féminine) va de soi, nombreux sont les couples qui déchantent au bout de quelques mois d’essais infructueux. On ne le sait que trop peu, mais entre 5 et 10% des couples présentent, au cours de leur existence, des soucis de fertilité. S’il existe d’ores et déjà diverses solutions, espérons que, dans les années à venir, celles-ci continuent de se développer à mesure que la technologie et les connaissances médicales évoluent.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.